Que sont les perturbateurs endocriniens et quels sont réellement leurs effets ?

Comment agissent-ils ?

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques étrangères à l’organisme. Pour comprendre leur fonctionnement, il faut d’abord comprendre celui des hormones.

Dans une situation normale sans perturbateurs, notre corps sécrète des hormones qui envoient des messages aux organes concernés afin de provoquer une réaction : augmenter la température, produire des spermatozoïdes, réguler la faim, la satiété, l’insuline, ou encore le sommeil.

Au contact de perturbateurs endocriniens, les choses se compliquent. En effet, la composition des perturbateurs endocriniens est très proche de celle de nos hormones naturelles, et ils interfèrent donc avec leur fonctionnement. Ils peuvent alors bloquer l’envoi de certains messages par les hormones ou conduire à l’envoi de messages erronés.

Leurs effets

  • Stérilité : leur action interfère avec le message destiné à la production de spermatozoïdes, et favorise alors l’infertilité.
  • Cancers : l’action des perturbateurs endocriniens favorise une surproduction de tissus et donc la croissance de tumeurs. Ils sont mis en cause dans les cas de cancers de la thyroïde, du sein et de la prostate.
  • Obésité : Le bisphénol A a été reconnu comme un facteur d’obésité. Il serait responsable du dysfonctionnement des hormones destinées à réguler l’appétit.
  • Diabète : Certains perturbateurs ciblent les cellules du pancréas et entraînent une résistance à l’insuline, ce qui représente un facteur de risque de diabète de type 2.

Comment les éviter ?

Dans la salle de bain

Le dentifrice, le maquillage, le vernis à ongles, la coloration pour cheveux, les parfums…de nombreux produits d’hygiène et de cosmétique cachent des perturbateurs endocriniens.

Tournez-vous autant que possible vers de produits naturels, comportant l’éco-label européen et la mention “sans paraben”. Un savon “classique”, en bloc, permet d’éviter le savon liquide et certains soins peuvent être remplacés par de l’huile de coco bio, du citron et beaucoup d’autres aliments naturels.

Dans la cuisine

Côté aliments, opter pour des aliments frais, issus de l’agriculture biologique, permet de limiter le nombre de perturbateurs endocriniens, notamment ceux associés aux pesticides.

Pour limiter les emballages, privilégiez les récipients en verre, les bocaux et achetez en vrac quand vous le pouvez. Les produits ménagers, gorgés de substances chimiques, peuvent être remplacées par du vinaigre blanc, le bicarbonate de soude, l’eau chaude et le savon de Marseille, ou par des produits d’entretien écologiques.

Dans la voiture

Mieux vaut ouvrir les fenêtres pendant au moins dix minutes quand on monte dedans et dès qu’on sort des bouchons, car les perturbateurs endocriniens type retardateurs de flammes dissimulés dans les sièges ou les plastiques des portières et du tableau de bord se concentrent dans l’habitacle.

C’est encore plus vrai si votre véhicule est neuf : si possible, laissez-le aérer pendant plusieurs heures, les portières ouvertes, en extérieur.