Les meilleurs jeux vidéos d’horreur

Condemned

Le jeu vous met dans la peau d’Ethan Thomas, un brillant agent du FBI, spécialisé dans les enquêtes liées à ces criminels imprévisibles. L’aventure débute par votre arrivée sur les lieux d’un crime mis en scène méticuleusement, présentant le corps inanimé d’une jeune femme, à table avec un mannequin, le tout entreposé au fond d’un édifice désolé, dans une pièce aux murs recouverts de symboles mystérieux.

Condemned s’inspire très largement de films comme Seven ou Le Silence des Agneaux. L’univers (une ville sale et gangrenée par la violence), le rendu visuel (noir et sombre, jouant énormément sur l’ombre et la lumière) et plus généralement, le sujet même de l’intrigue rappellent très fortement ces classiques du thriller au cinéma.

Alien : Isolation

Ce jeu combine la terreur et la science-fiction, en suivant une terrible créature extraterrestre tout au long de son histoire. Ce film a été créé pour que le joueur se sente seul, isolé et piégé.

Il se déroule 15 ans après les événements du film Alien de 1979, et suit Amanda (la fille de Ripley), qui décide de partir à la recherche du reste du vaisseau Nostromo afin de découvrir ce qui est arrivé à sa mère il y a des années, ce qui l’amène à rencontrer des robots tueurs, quelques humains maléfiques et enfin une créature presque impossible à tuer.

Resident Evil

Comme Silent Hill, ce jeu vidéo a été l’un des pionniers du genre, et il a aussi eu droit à sa version cinématographique. Tout commence avec un mystérieux virus qui transforme les humains en zombies, obligeant un survivant à se battre pour survivre. Resident Evil est l’un des jeux vidéo d’horreur les plus populaires de l’histoire.

Les choses deviennent de plus en plus folles à chaque nouveau chapitre, dans lequel on passe des zombies aux créatures monstrueuses qu’il faut détruire pour sauver ceux qui ont réussi à survivre, allant du mystérieux manoir du premier jeu aux rues de Racoon City remplies de zombies tueurs.

Silent Hill (1 et 2)

Le film n’a pas rendu justice à ce jeu terrifiant qui fut l’un des pionniers du genre. La première édition de Silent Hill est un classique parmi les jeux d’horreur et la deuxième partie devient encore plus dérangeante lorsqu’elle raconte l’histoire d’un homme qui, des années après la mort de sa femme, reçoit un message de celle-ci lui demandant de venir la chercher à l’endroit habituel.

Joe (le personnage principal) arrive dans la ville de Silent Hill et se retrouve piégé dans un scénario dérangeant avant de perdre la tête, ce qui arrive aussi au joueur lorsqu’il découvre tous les jeux psychologiques que le jeu utilise contre lui.

Outlast

Dans Outlast, le joueur doit soit fuir, soit se cacher des ennemis. Le combat est impossible et toute tentative d’affrontement résultera en la mort du protagoniste. Le joueur peut se cacher dans les casiers ou sous les lits.

Pendant toute course, le joueur peut regarder derrière lui afin de voir l’ennemi qui le poursuit. Fermer les portes va faire obstacle aux ennemis et se faufiler dans certaines failles permet de les perdre. Le seul objet dont est équipé le héros est un caméscope. Ce dernier fonctionne avec une pile intégrée et il inclut une vision infrarouge, utilisée pour naviguer dans les zones sombres.

Amnesia – The Dark Descent

Le joueur prend le rôle de Daniel, qui se réveille à l’intérieur d’un château apparemment désert sans savoir comment il s’est retrouvé là. Peu après, Daniel trouve une note qu’il aurait lui-même écrite auparavant. Sur cette note, il donne l’ordre de tuer Alexander, le propriétaire du château.

Daniel apprend également, grâce à la note, qu’il a décidé lui-même de se faire perdre la mémoire. Au fur et à mesure qu’il progresse dans le château, Daniel en apprend davantage à propos de lui et d’Alexander à l’aide de notes et à l’aide de souvenirs qui lui reviennent.